23/12/2021

AdobeStock_165107630.jpg
Ils font partie de notre quotidien au point de ne plus y prêter vraiment attention. Afin de suivre l’évolution des différentes populations d’oiseaux, une campagne nationale invite chaque citoyen à les compter depuis son jardin, son balcon ou encore dans un parc public.

Les migrateurs ont délaissé notre région pour des contrées plus chaudes et nos oiseaux sédentaires se font également très discrets. Finie la saison des amours, les oisillons ont pris leur envol...

L’absence de feuilles sur les arbres, la disparition hivernale des insectes, le froid, la faible lumière, la présence des prédateurs, eux-mêmes discrets, engendrent la méfiance chez les oiseaux ! La plupart sont donc difficiles à observer. Mais au détour d’un sentier vous pourrez croiser certains d’entre eux passant furtivement de branche en branche ou grattant le sol et parfois se déplaçant en bande.

L’hiver est une période difficile pour les oiseaux et beaucoup d’entre eux, qu’ils soient habitants des champs, des forêts ou des villes, aiment aussi les parcs, les jardins et les espaces verts environnants. Quelques-uns viendront fréquenter avec assiduité les mangeoires.

Les 29 et 30 janvier, comptez les oiseaux
Janvier est la période idéale pour observer et compter les oiseaux qui fréquentent les mangeoires. C’est le moment de l’année choisi par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et le Museum National d’Histoire Naturelle de Paris (MNHN) pour vous convier à passer une heure, bien installés au chaud, ou pas, à participer au comptage hivernal des oiseaux des jardins.
Compter les oiseaux de votre jardin et apprendre à les identifier, c’est contribuer à un projet scientifique mené par la LPO et le Muséum National d’Histoire Naturelle.

Comment participer au comptage ?
- Prendre 1 heure de son temps le samedi 29 ou le dimanche 30 janvier.
- Le comptage est facile puisqu’on ne conserve que le chiffre le plus grand d’oiseaux de la même espèce vus ensemble.
- Pour reconnaître les oiseaux et les compter, téléchargez les fiches de comptage. Le tout peut se réaliser en famille autour d’un chocolat chaud.
www.fiches.oiseaux.say78.fr

Votre contribution à cette expérience, dite science participative, permet de renseigner les tendances évolutives des populations de diverses espèces et en particulier des oiseaux résidant sur notre territoire national ou local.

Connaître l’évolution des populations d’oiseaux en France. Pourquoi est-ce important ?
Le bilan des études concernant trente années de comptage des oiseaux en France à travers divers protocoles (STOC : Suivi Temporel des Oiseaux Communs), fait état d’une disparition inquiétante des oiseaux spécialisés. Tandis que les espèces généralistes (pigeon ramier, mésange bleue, merle noir…) semblent en bonne forme (+19% depuis 1989), les espèces spécialistes des milieux urbains (-29%) et agricoles (-39%) voient leurs effectifs en chute libre sur la période 1989 - 2019. Les oiseaux spécialistes forestiers se maintiennent malgré de fortes disparités entre certaines espèces.
Les causes du déclin des espèces spécialisées et de l’augmentation des espèces généralistes sont de mieux en mieux connues et médiatisées. Face à ce constat il est nécessaire de mobiliser le plus de monde possible pour comprendre les mécanismes de ces changements et de communiquer pour interpeler et intéresser toutes les générations.

Ces bilans des comptages participatifs sont suivis et publiés chaque année depuis 2014. Des fiches sur les espèces sont également disponibles.
Retrouvez le bilan des comptages depuis 2014 : www.bilan.comptage.oiseaux.say78.fr
Retrouvez le bilan des 30 et 31 janvier 2021 : www.comptage.oiseaux2021.say78.fr

« Le comptage de janvier 2021 a connu un record de participation : plus de 17 250 jardins ont participé à cette opération ! Les nombres de données collectées et d’oiseaux observés restent eux plutôt stables, respectivement 145 165 données et 541 422 oiseaux. »

Quelles sont les espèces les plus nombreuses ?
Le Moineau domestique, la Mésange charbonnière et la Mésange bleue sont, comme toujours, les espèces observées le plus abondamment dans les jardins lors du comptage. Près de 120 000 Moineaux domestiques ont ainsi été dénombrés, 50 000 Mésanges charbonnières et 43 000 Mésanges bleues. »

Quelles sont les espèces le plus fréquemment observées ?
La  Mésange charbonnière est présente dans 80% des jardins. Le Rouge-gorge confirme pour la troisième année consécutive sa place de seconde espèce la plus fréquente. Le Moineau domestique remplace la Mésange bleue dans le trio de tête. En moyenne ce sont 31 oiseaux qui ont été observés par jardin. Il s’agit du chiffre le plus bas depuis le lancement de cette opération en 2013.

Mangeoires, abreuvoirs et nichoirs
Nous aimons voir les oiseaux et beaucoup d’entre nous possédons un jardin ou un balcon pouvant accueillir une mangeoire.
Nous aidons les oiseaux, preuve en sont les rayons bien remplis des magasins et des jardineries offrant toute une panoplie de graines, de mangeoires et de nichoirs. Attention certaines règles sont à respecter pour le bien-être de nos compagnons ailés.
Ainsi, la LPO préconise un nourrissage seulement durant la mauvaise saison, en période de froid prolongé. Le nourrissage peut globalement être pratiqué de la mi-novembre à fin mars. Il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux au printemps et en été. D’une part car beaucoup d’entre eux deviennent insectivores à cette saison, et d’autre part, afin de ne pas créer de relation de dépendance vis-à-vis des jeunes oiseaux de l’année qui doivent apprendre à se nourrir par eux-mêmes.
Retrouvez-les conseils sur : www.nourrissage.oiseaux.say78.fr

De nombreux oiseaux, comme les Mésanges, édifient leur nid dans une cavité : arbre creux, trou dans un édifice ou sous un toit.... Malheureusement, ces cavités naturelles se raréfient de façon alarmante car les arbres creux sont arrachés, les bâtiments rénovés... Même si le milieu offre des ressources alimentaires suffisantes, il ne présente alors plus les sites favorables à la nidification. Pour suppléer à cette disparition, disposer des nichoirs adaptés aux oiseaux cavernicoles est une solution facile et efficace à mettre en œuvre. Des modèles prêts-à-poser existent mais il est très valorisant de les construire soi-même et d’associer des enfants à cette activité.

A chaque oiseau son nichoir !
Quel bois utiliser, comment le protéger, quelle taille, quel diamètre d’ouverture selon l’espèce, où le placer, comment le fixer, quand le fixer... ?
Trouver toutes les réponses à ces questions à l’adresse : www.conseils.nichoirs.say78.fr

Comptage.jpg
Fiches-oiseaux-1.jpg
Les-plus-nombreux.jpg
Fiches-oiseaux-2.jpg